En effet, le 26 avril 2016, Ngembo Olombi Mignon, 15 ans, s’est permis de porter des coups sur sa collègue suite à une altercation. Les parents du jeune homme ont été convoqués par les responsables de l’établissement scolaire « le Phénix ». Le père de Nguembo Olombi Mignon étant absent et sa mère, malade, la convocation est restée sans suite. Le brigadier-chef, Mba Ferdinand, qui habite la même parcelle que la jeune fille violentée, prend l’affaire en main, se munit de son arme et se dirige au domicile de M. Nguembo Antoine, le père de Nguembo Olombi Mignon. Arrivé sur place, il tire à bout-portant sur le jeune Ngembo Olombi Mignon. Conduit à l’hôpital de Madingou, il a été transféré d’urgence à Nkayi où il a rendu l’âme. Indignés par ce crime crapuleux, les jeunes de Madingou-Gare ont incendié le commissariat de police.

Ce cas supplémentaire vient rappeler à tous l’épineuse question de la justice privée et les abus de pouvoir des agents de la force publique. Les recherches menées par l’OCDH sur le terrain ont révélé que le brigadier-chef, Mba Ferdinand est réputé agressif et amis des grands bandits de la contrée. En 2014, il avait été appréhendé à Bouansa par les services de la Gendarmerie, alors qu’il était en service dans cette localité située à environ 27 Km de Madingou-Gare pour vol et complicité de vol. Placé en détention à la maison d’arrêt de Madingou, il avait par la suite été libéré sans aucune forme de procès.

- Pour consulter d’autres communiqués ou rapports de l’OCDH sur la République du Congo, veuillez suivre le lien: www.ocdh.org - Pour obtenir davantage d’informations, veuillez contacter ocdh.brazza@voila.fr

(+242) 05 768 10 99/ 05 533 07 63