Brazzaville le 18 septembre 2017. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) et le Réseau National des Populations Autochtones du Congo (RENAPAC) sont profondément préoccupés par les décès tragiques et consécutifs de 57 enfants majoritairement autochtones survenus dans l’Unité Forestière d’Aménagement (UFA) Loundoungou-Tokoulaka attribué à la société CIB-OLAM (Congolaise Industrielle des Bois) suite à l’ouverture d’une route forestière, ayant entrainé la propagation des maladies infectieuses et la prolifération des moustiques et autres insectes. Le nombre des décès serait bien plus important selon les informations en notre possession. Par ailleurs, nos deux organisations s’inquiètent aussi de la multiplication des cas de malnutrition sévère dans cette concession forestière.