OBSERVATOIRE CONGOLAIS DES DROITS DE L'HOMME

Powered by FIDH Keep your eyes open

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 24 mai 2017

La police congolaise entrave la rencontre citoyenne organisée par L’OCDH et le Mouvement Ras-le-bol.

Brazzaville le 24 mai 2017. Dans le but d’informer les citoyens congolais sur les questions des droits humains et d’éveiller les consciences sur les enjeux inhérents à la défense de ces droits, l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) et le Mouvement citoyen Ras-le-bol avaient prévu organiser le samedi 20 Mai 2017, une rencontre citoyenne sous le thème « Comprendre les droits de l’Homme et les revendiquer ».

Lire la suite...

vendredi 20 mai 2016

Exécution d’un enfant de 15 ans à Madingou-Gare par le brigadier-chef, Mba Ferdinand.

Brazzaville le 10 mai 2016. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) condamne fermement l’exécution sommaire le 26 avril 2016 à Madingou-gare, du jeune homme Nguembo Olombi Mignon par le brigadier-chef, Mba Ferdinand. L’OCDH exige que justice soit rendue et que ce policier ne bénéficie une fois de plus d’aucune impunité.

Lire la suite...

mercredi 16 mars 2016

Torture au Congo Brazzaville : Un policier condamné à 5 ans d’emprisonnement ferme, un verdict qui en appelle d’autres.

Brazzaville le 15 mars 2016. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) exprime partiellement sa satisfaction suite la condamnation de M. Dany MAYALA, policier en service au commissariat de police du quartier Diata, à 5 ans d’emprisonnement ferme pour délit de « coups et blessures volontaires » par la 6ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Brazzaville. Le chef d’inculpation retenu « coups et blessures volontaires »en lieu et place de la torture interpelle sur l’urgence d’une définition et la répression du crime de torture n droit congolais.

Lire la suite...

jeudi 13 novembre 2014

Congo Brazzaville - Arrestation de responsables politiques : les autorités doivent garantir les droits fondamentaux

Brazzaville, Paris, le 7 novembre 2014 – Nos organisations expriment leur vive préoccupation après l’attaque par des éléments de la police congolaise du domicile de monsieur Clément Mierassa, les violences à l'encontre de plusieurs membres du Mouvement Citoyen pour le Respect de l’Ordre Constitutionnel, ainsi que l'arrestation d'une trentaine de personnes, le 4 novembre.

Lire la suite...

lundi 12 mai 2014

Atteintes aux droits humains et expulsions inhumaines des ressortissants de la RDC en République du Congo

Brazzaville le 12 mai 2014. L’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH) est extrêmement préoccupé par le mépris des droits humains dont font preuve les autorités congolaises dans l’opération de refoulement des migrants congolais de la RDC au Congo Brazzaville.

Lire la suite...

jeudi 10 avril 2014

ALERTE ! La justice toujours inaccessible aux victimes de la torture en République du Congo.

Brazzaville, le 9 avril 2014. L’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH), exprime sa vive préoccupation face à l’abandon par les autorités administratives et judiciaires des dossiers de personnes victimes d’actes de torture, d’exécutions sommaires, de traitements cruels, inhumains et dégradants. En effet, plusieurs dossiers relatifs à ces violations des droits humains restent négligés au niveau des cours et tribunaux congolais avec pour conséquences l’impunité des auteurs de ces crimes ainsi qu’un sentiment d’injustice pour les victimes. Les promesses faites par certains hauts responsables du pays pour faire la lumière sur ces dossiers n’ont jamais été traduites dans les faits.

Lire la suite...

vendredi 9 août 2013

Un autochtone tué par les policiers à Sibiti, les présumés auteurs libres de tout mouvement.

Brazzaville, Sibiti, le 09 août 2013. L’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH), l’Organisation pour le développement et les droits humains au Congo (ODDHC) et l’Association pour la promotion socioculturelle des autochtones du Congo (APSAC) expriment leur indignation suite à l’assassinat d’un autochtone nommé Mangoto Antoine par les policiers en service au commissariat de police de Sibiti (département de la Lékoumou) le samedi 20 juillet 2013.

Lire la suite...