Il est mis en place en République du Congo un comité de révision du code pénal et de procédure pénale. A cet effet, l'Observatoire congolais des droits de l'homme (OCDH) a eu a travaillé dans le même sens en apportant sa contribution pour que tant soit peu, les pratiques anciennes, sur la torture et les détentions arbitraires cessent à jamais.

Ce document a été réalisé dans la cadre du projet "MANDAT (Mobiliser et animer les efforts de la société civile dans la lutte contre la détention arbitraire et la torture en République du Congo)" financé par l'union européenne (UE). Son contenu relève de la seule responsabilité de l'OCDH, il ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'union européenne.